Rencontre avec Gwennyn, marraine de Breizh Mod.


En vue du lancement de la prochaine collection Automne-Hiver Breizh Mod, nous avons décidé de rencontrer la marraine de la marque depuis son lancement, la chanteuse bretonne Gwennyn. Forte de sa culture et de sa terre de naissance, la jeune femme pétille : son dynamisme et sa détermination font qu’on a presque du mal à la suivre lors du shooting photo dans la forêt de Huelgoat. C’est pourquoi nous lui avons posé nos questions dans un endroit empreint de calme et de sérénité, le café librairie l’Autre Rive, situé en plein coeur de la forêt, afin de partager avec Gwennyn son amour pour la Bretagne et ses projets pour l’avenir. Elle nous parle donc de son 5ème et dernier album, «Avalon», sorti en Novembre 2016.

Combien de temps as-tu mis pour réaliser cet album entre l’écriture et l’enregistrement ?

Un an et demi en tout, presque 2 ans. J’ai pris mon temps cette fois, car le projet d’album a mûri au fur et à mesure des rencontres. La première qui a été le déclic est celle avec le propriétaire de la «Taverne de la forêt» en pleine forêt de Brocéliande alors que je me promenais pour m’inspirer de cet univers. Serge et ses fils sont des travailleurs et des artistes aussi : ils ont réalisé une taverne - que l’on aperçoit dans le clip «Bravig» sur YouTube - totalement féérique et super conviviale, tout en bois, qui n’a rien à envier au pub du village des hobbits ! Il m’a invité à une assemblée de druides qui s’est terminée tard dans la nuit en 2015. Et après moult lectures, je me suis laissée bercer par ces histoires fascinantes, qui sont, je le pense, une partie de notre mémoire vivante...

Quand tu écris, c’est plutôt studieusement à un bureau, ou n’importe où, du moment que tu es inspirée ?

Ça peut être au milieu de la nuit quand les premiers mots se bousculent dans ma tête, ou quand j’en ai décidé, assise confortablement dans le fauteuil du salon. Peu importe le lieu, l’état d’esprit, pourvu que je sois seule. J’accède à mon inspiration comme je cueille une pomme dans un arbre. J’accueille la Muse à tout moment de la journée... comme des amis qui me rendent visite.

À quel moment, tu t’es dit : « je veux être chanteuse compositrice » ?

Jamais. Je l’ai simplement constaté, un jour après la sortie de mon premier album. J’ai commencé à composer tout simplement parce-que j’avais envie de chanter mes propres émotions. Mon histoire m’emporte et ma voix se charge d’émotion sans faire d’efforts.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer dans la chanson bretonne ?

Croire en soi, et croire en la Bretagne...!

Laquelle de tes chansons te tient le plus à coeur, et pourquoi ?

Aucune en particulier. Mes chansons sont autant de petits «enfants» que j’ai eu. Impossible de les classer par ordre de préférence. C’est le public qui peut me guider sur les choix à faire : de chanter telle ou telle chanson en particulier dans un spectacle. Cela me fait grand plaisir de chanter les chansons qu’ils apprécient le plus. D’ailleurs la chanson «Bugale Belfast» (ma 1ère composition !) est souvent citée, «Bravig» du dernier album plaît beaucoup aussi...

Quelle a été ta plus belle rencontre artistique ?

Sans hésitation : Patrice Marzin. Nous nous sommes rencontrés en studio pour le mixage de mon 1er album «En tu all» (De l’autre côté). De l’autre côté de ce miroir m’attendait justement Patrice Marzin, un guitariste, compositeur très doué. Nous avons décidé rapidement de faire de la musique ensemble.

Ton projet pour la suite ?

Un nouvel album avec de nouvelles chansons. Je n’y ai pas réfléchi pour le moment même si des idées viennent me taquiner. J’aime bien profiter de l’album qui vient de sortir, et chanter les nouvelles chansons sur scène. D’ailleurs, de très belles scènes nous attendent cet été dans des festivals bretons. (Les dates sont en ligne sur mon site http://www.gwennyn.bzh/ en page «concerts»). Un album sort chez Sony Music en juin sur la Bretagne où je réserve 2 belles surprises au public.

Le Portrait breton : Si tu devais être…

. Un personnage de ces légendes bretonnes ?

Morgane

. Un lieu en Bretagne ?

Menez-Hom

. Un personnage célèbre breton ?

Marion du Faouët

. Une coiffe bretonne ?

Celle de mon pays, Argol

. Un plat ?

Des langoustines flambées (au Lambic de préférence...)

. Une chanson ?

Karantez Vro (Gwalarn «L’amour du pays»)

. Une plante emblématique ?

La Bruyère (elle fleurit partout sur la côte et dans nos montagnes, donne une couleur douce et châtoyante à la Bretagne et est résistante au vent et à la pluie)

On est donc impatients de découvrir le nouvel album de la belle aux parfums bretons, et fiers d’avoir pour marraine une jeune femme qui aime et transmet son amour du pays à travers son art.

#carrière #portrait #beauty #shootingphoto #histoire #lookbook #photographe #shooting #slowfashion #responsabilitéhumaine #dével #ethicalfashion #stories #été2017 #lifestyle #campagne #bretonne #responsabilitésociale #photography #breton #modedurable #modeethique #armorique #job #photoshoot #woman #transparence #fabriquéenbretagne #fabriquéenfrance #breizhmod #madeinbretagne #breizh #bretagne #interview #madeinfrance #breizhmode

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout